VTT – Raid Mada

12 jours – 360 km hors-pistes dans la campagne profonde des hautes terres malgaches

Notre rando partira de Ambositra, petite citée montagnarde des hauts plateaux, situé à 250 km au sud de Tananarive, pour arriver à Manakara, face à l’Océan Indien. 360 km sur des pistes très variées, parfois techniques, mais au profil bien équilibré. Longues descentes, belles étapes roulantes alternant quelques obstacles, passages de rivières en pirogue et en bac, quelques montées, la plus longue étant de 15 km.
Notre équipe locale disposée le long du parcours proposera via les habitants de la région des étapes relais pour s’approvisionner et se désaltérer pendant les journées de raid. Les bivouacs et la restauration seront organisés par le staff accompagnateur. Toutes les étapes seront balisées de petits drapeaux ou oriflammes disposés le long du parcours. Les points clé, carrefours incertains, obstacles, seront signalés et sécurisés par une équipe locale.

Durée : 12 jours
Niveau : le temps des étapes est calculé selon le niveau d’un vététiste sportif mais pas professionnel. Il peut varier de 1 à 2 heures selon le niveau des participants.

Jour 1 : Paris Tananarive – vol de nuit

Jour 2 : Tananarive – Ambositra
Accueil à l’aéroport et transfert à Ambositra, petite ville de montagne très pittoresque – 5h30 de route – préparation des VTT (vélo perso des clients). Nuit à l’hôtel “Artisan”

Jour 3 : Ambositra – Ranomena
37 km – 5 heures de VTT
Nous quittons Ambositra pour nous rendre à Imerina Imady, petite citée verte entourée de plantations et de rizières. Le goudron cassé de la sortie de ville laisse la place à de la belle terre ocre qui se faufile au travers des cultures et des villages isolés. Après Imady, nous attaquons la savane et la forêt aux abords de Ranomena Nord, dernier village frontière du pays zafimaniry nord. Bivouac dans la cour de l’école.

Jour 4 : Ranomena – Ambinanindrano – Marolalana
32 km – 6h30 de VTT
La piste surplombe une ancienne route boueuse pleine d’eau. Celle-ci paraît enfoncée dans le sol, nous passons 3 mètres au dessus avec nos VTT. Les bassines que forme le terrain sont comme des montagnes russes. Il faut prendre son élan pour les franchir et bien calculer ses vitesses. La latérite humide se colle sur les plaquettes des freins à disque des VTT les plus techniques, alors que les mâchoires ne s’usent que très peu. Nous arrivons dans la plaine après 12 km de descente en forêt sur des pistes roulantes en terre battue parsemés de quelques gros blocs de granit. Le petit village est aux aguets, collés les uns aux autres sur le bord de la route. Une pause est bien appréciée. Nous arrivons vers midi à Ambinanindrano, grande bourgade commerçante en pays Tanala. Le rhum de contrebande y est distillé en grande pompe et les trafics sont à ciel ouvert. Nous marquons une pause au stand (ravitaillement et pointage) avant de repartir pour 7 km jusqu’à Marolalanana. Bivouac près d’une jolie rivière qu’il faudra traverser le lendemain. Approvisionnement en volaille fraîche pour le barbecue du soir. Possibilité de se laver à la rivière.

Jour 5 : Marolalana – Ambohimanga Atsimo – Fiadanana – Sandrasaty – Analamarina
42 km – 7 heures de VTT. 
Nous poursuivons notre randonnée sur de petites pistes très étroites au milieu des champs et des rizières pour emprunter ensuite des chemins larges et bien roulants, parsemés d’arbres du voyageur, de fougères arborescentes et de lichens qui dévalent en parois humides jusqu’au bord de la route. Les énormes daturas jaunes et blancs apportent un contraste sympathique avec les différents verts ambiants. Nous logeons chez l’habitant, dans la cour de la propriété. Une maison est à notre disposition pour y cuisiner et prendre les repas. Une douche est à notre disposition.

Jour 6 : Analamarina – Tsaratanana – Ifanadiana – Ambiabé
47 km – 7 heures de VTT. 
Nous sommes sur de larges pistes de terre parfois creusée du sillon des charrettes. Les bambous foisonnent, l’eau omniprésente coule en abondance dans le lit des rivières ou dégringole les falaises. Au loin, haut perchés, quelques hameaux isolés. L’activité de champs est intense. Nous passons le très beau village isolé de Ambihimanga Atsimo. Quelques trous d’eau nous tiennent en alerte, la forêt devient plus dense à l’approche de Ifanadiana, premier contact avec une route nationale. Nous rejoignons une autre piste, située à 1 km en amont, en direction de Tolongoina. Encore une quinzaine de km avant d’arriver à Ambiabé, où nous dormirons dans la cour de l’école. Possibilité de se laver à la rivière

Jour 7 : Ambiabé – Tolongoina
30 km – 5 heures de VTT.
Notre progression longe des rivières et enroule les collines. Tout est plus humide et la végétation plus dense colle aux ponts et aux rochers. La ligne du train se détache au loin à flanc de falaises. Quelques portions de pavés romains, vestiges de la route autrefois, nous imposent d’intenses tremblements dans les avants bras lors des quelques longues descentes. Tolongoina est en vue, c’est un grand village situé sur la ligne de chemin de fer qui relie Fianarantsoa à Manakara. Le commerce est essentiellement tenu par des chinois, il y a de tout. Nuit en gîte de montagne, au sein d’un magnifique jardin d’arbres fruitiers.

Jour 8 : Tolongoina – Ambila
Nous attendons le train qui passe vers midi à Tolongoina, pour nous rendre à Ambila en 2 heures de trajet. Nous sommes en pays Antaimoro, la vie villageoise est différente. Les gens d’ici vont s’approvisionner en mer, les cocotiers, les arbres du voyageur, pandanus, palmiers bambous, forment une partie des forêts parsemées entre les cultures. Le vent du large est proche ; l’air est plus salin. Bivouac chez l’habitant – une association pour la protection de l’environnement. Douches à disposition.

Jour 9 : Ambila – Loharano – Manakara
52 km – 6 heures de VTT.
Nous arpentons les collines où les arbres du voyageur laissent la place aux pandanus, lorsque nous approchons de la côte. Le large est puissant, pas de lagon pour se protéger de l’assaut des vagues. Nous poursuivons vers Manakara, longeant le canal des Pangalanes. La vie est plus active, plus intense. Traversée de la ville jusqu’à la ligne d’arrivée. Nuit à l’hôtel.

Jour 10 : Manakara – Ranomafana – Antsirabé.
Nous prenons la route à 6 heures du matin, la pour remonter vers la capitale. Déjeuner le midi à Ambositra et nuit à l’hôtel à Antsirabé.

Jour 11 : Antsirabé – Antananarivo – Paris.
3h30 de route pour arriver dans la capitale. Visite de la ville et du marché artisanal, transfert à l’aéroport pour le vol vers Paris.

Jour 12 : Paris

Étiquettes: